Capteur n° 5

Dscf8928

Bois, ficelle, perles en verre, fils de pêche, plumes, pointe de Cristal de Roche.

Bienfaits physiques: Amplifie les autres pierres, protection, revitalisation, longévité, purificateur, équilibrant.

Bienfaits psychiques: C'est la lumière solidifiée, l'union des contraires entre la matière solide et la transparence immatérieelle, d'une neutralité absolue, elle est pour tout usage. Facilement programmable. Amène sérénité, calme et harmonie. D'une grande aide en télépathie, intuition, clairvoyance et dans l'expression.

 

 

Pierre chargée en énergie REIKI avant l'envoi.

 

15cm/35cm

vendu

Pour plus d'infos, n'hésitez pas, contactez-moi

 

Pièce unique

Inspiré de la légende de naissance des capteurs:

"Il y a bien longtemps, lorsque le monde était encore jeune, dans un village autochtone, un Amérindien dormait avec ses frères et ses sœurs dans la maison longue.

Un jour, l’homme partit à la chasse pour aller chercher le repas pour les prochaines lunes. Il partit loin, afin de trouver un orignal s’abreuvant d'eau de source pure coulant de la montagne. Il traversa rivières et fleuves avec courage et détermination, sans apercevoir de chevreuils ni d’orignaux dans les environs. Il décida alors de partir vers la montagne-même, songeant que le repas allait bientôt être mis au feu. En chemin, il aperçut une grotte immense dans laquelle pouvait se trouver n’importe quelle bête. Il entra dans la sombre place en y projetant tous ses espoirs.

Dans la grotte, l’esprit de l’orignal était absent. Un esprit malveillant y avait pris place. L’homme se sentit mal, certain d'une sombre présence dans ces profondeurs. C’est alors qu’une bête surgit. Des yeux couleur de sang, un poil noir comme la nuit, un museau retroussé et des crocs prêts à mordre la chair. L’homme sursauta et s'enfuit, paniqué, abandonnant son arc derrière lui, avec une minuscule lueur d’espoir de rester en vie.

De retour au village, l’homme avait les bras vides. Pas de nourriture, ni d’armes pour chasser d’autres bêtes. Et il était terrorisé à l’idée de retourner à la chasse.

Le soir-même, il n’arriva pas à trouver le sommeil. Toutes les fois qu’il s’endormait, il voyait encore ces deux yeux couleur de sang le fixer et la bête au poil noir prête à le dévorer. Le soir suivant, il essaya de nouveau de bien dormir, mais sans résultat. Nuit après nuit, lunes après lunes, l’homme ne pouvait plus dormir sereinement. L’esprit de la bête aux yeux de sang le hantait. Plusieurs soleils passaient et rien ne changeait.

Une nuit, l’homme se leva après un cauchemar. Il sortit du village et partit vers la forêt. Mais, exténué, il s’endormit sur le sol couvert de branchages.

Le lendemain à l’aube, l'homme se réveilla impressionné : il n’avait fait aucun cauchemar. Il leva les yeux et aperçut une toile d’araignée où perlait la rosée du matin.

Depuis, l'homme s’endormit toujours près de la toile qui, au matin, s'illuminait des rayons du soleil."

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×